• Grand département pastoral, les Alpes de Haute Provence présentent un vaste territoire aux pelouses rases avec des plateaux calcaires
    Son climat de montagne sèche a toujours favorisé un élevage majoritairement ovin.

    Nous sommes ici en Haute Ubaye dans le val d'Oronaye.

     

     

     En randonnant dans ce secteur  nous sommes tombés sur un grand chien de protection.

    Impressionnant, il impose le respect. (Je dirais un Kangal mais son poil long me fait douter)

    Mais lorsque l'on a partagé presque 10 ans avec une Meije on sait comment se comporter!

     

     

     Dans de tels décors les scènes pastorales sont de pures merveilles.

     

     

    Le mot "Patous" dénomme au sens strict les chiens de la race Montagne des Pyrénées.
    Cette appellation est cependant utilisée pour désigner les chiens de protection des troupeaux qui sont en général de grande taille et de couleur claire.

    Beaucoup de races différentes sont utilisées.les plus répandues sont le montagne des Pyrénées, le Berger de Maremme des Abruzzes et le Berger de Podhale.

    (Ce chien nous a fait penser à Meije ..... en plus sale c'est certain !)

     

    Le Pastoralisme en haute montagne

     

    Le berger avec ses chiens de conduite.
    Le rôle de ces chiens n'est pas de protéger mais de conduire le troupeau. Ils sont à côté du berger . Les chiens de protection appartiennent au troupeau.

    Le berger marche avec un grand bâton appelé "houlette".

    Le bâton composé d'un manche avec un crochet assez serré en son bout. Il permet de saisir la patte arrière d'un animal méfiant.
    De le ramener dans le troupeau  ou encore de l'amener vers lui.

    Ce bâton facilite aussi la marche  et soulage la station debout par appui du corps en avant comme un trépied.

     

    Le Pastoralisme en haute montagne

     

    Ces chiens de protection sont uniquement pour la dissuasion. Ils ne sont pas agressifs.

    La plupart des accidents sont dus à un comportement humain inadapté face à eux.

     

     

     Ils forment une zone de protection autour du troupeau.

    Ils sont arrivés jusqu'à moi. Juste me sentir, me mettre leurs truffes humides sur les mollets.

    Voir qui j'étais .... Je me suis restée immobile, sans le moindre geste sans la moindre parole sans le moindre regard dans leur  direction.

     

     

    Le berger assit avec ses chiens de conduite.
    Les bêtes sont surveillées et il y a un regroupement du troupeau en parc de nuit lorsque le jour baisse.

     

     

     "Mes deux copains" regardaient Ilona qui se trempait dans le lac.

    Ils se sont sentis, légers grognements mais rien de méchant.

     

     

     Alors que Christian repartait en faisant un bon détour avec Ilona en laisse pour ne pas traverser le troupeau.

    Rencontre avec d'autres brebis et un Patou.

     

     

    Le Patou est venu voir Ilona, se sentir se dire bonjour. 

    C'est lorsque Ilona est partie qu'il a commencé à aboyer !

     

     

    Moi, toujours à la traine j'admire ces belles scènes pastorales.
    L'herbe est sèche et la nourriture est maigre.

     

     

    Les brebis iront se désaltérer au Lac de L'orenaye à 2410 mètres d'altitude pour continuer vers la frontière Italienne.

     

     

    Je retrouve "mon berger heureux et mon Patou contemplatif"

     

    Haute Ubaye Septembre 2021

     

    "Vivez pleinement chaque saison, respirez là, buvez là, goûtez-en tous les fruits et acceptez l'influence que chacune peut avoir sur vous."

    (Henry David Thoreau)

     


    38 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires